Connect with us

Hi, what are you looking for?

2022

Eurovision 2022 – Jour 6 : La Serbie pointe son nez …

Ce jeudi 5 mai fut une longue journée. Jour 6 pour l’Eurovision, mais jour 2 pour les journalistes présents sur place. Chacun commence à prendre sa place. Cette année, sauf Wiwibloggs, ce fut une seule accréditation présentielle par média Eurovision. D’autres accréditations ont généreusement accordées « online », c’est-à-dire à distance, via une plateforme gérée par la RAI, où il est possible de suivre notamment les conférences de presse.

La nouvelle mode pour les web-medias est de faire une diffusion live en direct. On a vu ça à Rotterdam, et le phénomène s’amplifie. Filmés par leur webcam devant leur écran d’ordinateur, les journalistes décrivent ce qu’ils voient et dialoguent en direct avec leurs collègues restés chez eux. Le Graal c’est quand un artiste se présente devant votre caméra pendant la diffusion, mais en général les interviews se font dans des boxes prévus à cet effet juste après la conférence de presse de l’artiste.

Il y a également une autre mode, effet TikTok sans doute, demander aux artistes de faire une pitrerie ou de dire un truc rigolo, les filmer et mettre les quelques secondes de la chose en ligne. Format court évidemment, où il faut éviter de dépasser la minute.

L’objet qu’il ne faut pas oublier quand on vient à Turin au printemps c’est le parapluie. Depuis hier il pleut comme vache qui pisse. Au moment de la conférence de presse grecque hier, il pleuvait si fort qu’on a cru que la tente qui fait office de centre de presse allait s’écrouler sous le poids des torrents de pluie qui tombaient. Et ce matin ça fuit un peu partout. Le personnel technique qui était en train de terminer l’installation des locaux n’avait pas besoin de ça en plus à gérer.

Si le stand Moroccanoil n’est pas encore ouvert, le stand Booking fait son effet. A l’aide de petites boules, les personnes présentes au centre de presse peuvent s’amuser à mixer un tube de l’Eurovision, chaque boule posée symbolisant un son.

Pour animer les conférences de presse ils sont trois : Laura Carusino, Mario Acampa (dont vous pouvez voir la photo ci-dessous) et Carolina Di Domenico. Et quand la salle est en manque de questions, ce qui arrive de temps en temps, ils vont puiser des questions sur le « Online Press Center ».

À 10h pile poil lancement des répétitions avec la carte postale islandaise qui a lancé le premier essai du trio islandais.

Islande : Charmant

C’était idéal de commencer cette journée par l’Islande, une petite chose douce et tranquille qui fait du bien. Les trois sœurs qui ont chacune une guitare sont accompagnées d’un batteur. Elles sont alignées mais c’est toujours en cadence qu’elles se tournent vers les caméras pour de petits effets charmants. Lumière dans les tons jaune et orange, ambiance tamisée, j’aime bien, mais passer avant la Grèce ne sera pas simple.

Norvège : Sans surprise

Pas de surprise pour la prestation norvégienne qui reprend les éléments qu’on a vus lors du Melodi Grand Prix. Le morceau est catchy. Après la scénographie peut dérouter. Soit on prend ça au second degré et on adhère avec joie en reprenant les pas de danse de la chorégraphie. Soit on se demande ce que c’est que ce truc, considérant que c’est n’importe quoi et qu’on ne sait même pas si les personnes sur scène chantent vraiment. En conférence de presse, les artistes ne s’exprimant pas, ils secouent les bras et simulent une transmission télépathique vers le chef de presse quand ils doivent répondre à une question. C’était un peu surréaliste.

Arménie : Plaisant

Mise en scène étonnante pour l’Arménie. On découvre Rosa Linn dans une chambre tapissée de petites feuilles blanches comme le lit sur lequel elle est assise. Elle se lève parcours l’endroit et arrache çà et là un peu du papier pour laisser apparaitre des mots, le titre de sa chanson « Snap », « the last one », la date du 22 juin, un cœur, etc… Puis sur le mur on voit apparaitre un soleil qu’elle arrache et traverse cette ouverture pour se retrouver devant la scène. Une vraie prestation télé dans laquelle le spectateur ne verra pas grand-chose, les murs de la chambre cachant la chanteuse. Une jeune chanteuse bien bavarde. Il y a eu peu de questions lors de la conférence de presse car la miss donne des réponses longues, vraiment longues.

Finlande : Classique

Une prestation rock classique pour les Finlandais The Rasmus, chanteur, guitariste, bassiste et batteur, le tout dans un décor rempli de ballons, gimmick de leur titre « Jezebel ». Le chanteur Lauri Ylönen est vêtu de son habituel ciré jaune qu’il a bien fait d’emporter à Turin, vu les trombes d’eau qui nous tombent dessus. Je suis fan donc j’aime et je pense que je ne serai pas le seul. Ils iront en finale et feront, je l’espère, un Top 10. Et quel kif de leur poser une question en conférence de presse et de les entendre répondre « That’s a good question ».

Israël : Totally queer

Prestation évidemment dansée pour l’Israélien Michael Ben David, accompagné de quatre danseurs, et bien entendu hyper queer. Michael est un personnage qui en fait des tonnes et la conférence de presse fut surtout son show. Et que je lance des « Maman je t’aime », et que je prenne l’animatrice Laura dans mes bras, et que je verse des larmes sur les évènements en Ukraine, et que je réponde de façon excessive aux questions posées. On a passé un bon moment.

Serbie : Captivant et singulier

La prestation serbe devrait étonner les téléspectateurs non avertis. Konstrakta est évidemment assise devant sa bassine et se lave les mains entourées de quatre danseurs, comme lors de la sélection serbe. Mais l’originalité est d’utiliser l’écran pour diffuser les claquements de main qui devraient être suivis par toute la salle ce qui pourrait offrir un joli effet à l’écran. Les journalistes ont claqué des mains pendant la prestation et applaudi à la fin. La chanson serbe a beaucoup d’aficionados ici. C’est au nombre de personnes présentes aux conférences de presse qu’on sait si un titre a du potentiel. Bien remplie pour Konstrakta, qu’on peut considérer comme la personnalité de la journée, la salle des conférences s’est vidée pour l’Azerbaïdjan, ce qui est très injuste.

Azerbaïdjan : Splendide

Nadir Rustamli démarre sa prestation sur un grand escalier. Vocalement c’est impeccable et c’est plutôt bien filmé avec de jolies lumières. Il est accompagné d’un danseur, sorte de double allongé quelques marches plus bas. Puis l’escalier se sépare en deux et les deux artistes se font face pour un final magnifique. On se dit qu’on a déjà vu dans cet esprit. C’était l’Azerbaïdjan y’a dix ans.

Géorgie : Décalé, mais intéressant

La Géorgie ne passera pas inaperçue. D’abord à cause des vêtements portés par les quatre artistes (dont le visage est caché par des lunettes, un masque, une barbe, un chapeau ou un bandeau sur l’œil) directement sortis de Charlie et la Chocolaterie. Un parfum de Tim Burton flotte sur cette prestation hyper colorée aux sonorités indies et expérimentales. SI y’avait pas ce maudit arc solaire qui cache l’écran LEDs ! Par contre ça a laissé les journalistes froids, la salle des conférences de presse étant encore moins remplie que pour l’Azerbaïdjan. Mais moi j’aime beaucoup et je les vois en finale.

Malte : Déjà vu

Une jolie prestation suédoise pour la Maltaise Emma Muscat dans une ambiance de feu où les tons jaunes dominent. Il y a quatre danseurs. Rien à dire c’est plaisant mais déjà vu et entendu pour un style qui commence à faire daté. Malte devra cravacher pour accéder à la finale.

Saint-Marin : Sauvage

On n’en attendait pas moins de lui. Habillé en tenue moulante transparente noire, avec string en cuir et chapeau de cow-boy, Achille a fait du Achille, entouré de musiciens, terminant sa prestation tel un rodéo sur un semblant de cheval. Cette presta donne de l’envergure à une chanson rock mâtinée d’électro assez moyenne finalement. Mais c’est le talent d’un artiste de sublimer une chose d’ordinaire. En conférence de presse le nonchalant Italien avait l’air de s’ennuyer et on a découvert qu’il ne parlait pas anglais, le chef de délégation devant traduire questions et réponses. Il a expédié son shooting photo en dix secondes, même pas le temps de lui demander un pouce.

En fin de journée le Big 5 était attendu pour sa première répétition individuelle.

Advertisement

Derniers Articles

Vous Aimerez Egalement :

2022

Le groupe Systur représentera l’Islande à l’Eurovision 2022 avec son titre Með hækkandi sól. Un groupe 100 % féminin, composé de trois sœurs : Sigga...

2022

Rosa Kostandyan, connue sous le nom de Rosa Linn, a été sélectionnée en interne pour représenter l’Arménie à Turin en mai prochain. De l’extérieur,...

2021

Et c’est sans grande surprise que Sandro n’a pas été reconduit pour représenter Chypre à l’Eurovision 2021. C’est en effet Elena Tsagrinou qui a...

Copyright © 2022-2023 Eurovision Made in France