Connect with us

Hi, what are you looking for?

2023

La finale de l’Eurovision 2023 : Il faut y croire quand même !

On ne va pas vous cacher que le moral n’est pas au beau fixe depuis jeudi soir, avec un ordre de passage en numéro 6 attribué à La Zarra par la production qui n’incite pas à l’optimisme si on veut envisager une victoire. D’autant plus qu’après la première générale, nous dégringolons chez les bookmakers, et qu’ici dans le centre de presse où un vote informel de journalistes est organisé, nous pointons à la 10ème place.

Laissons d’abord parler les statistiques sur des dix dernières éditions. Aucun pays n’a gagné positionné avant la 10ème place. Celui qui a remporté le trophée avec l’ordre de passage le plus petit est Måns Zelmerlöw en 2015, en position 10. En revanche, il s’en est fallu d’un cheveu ou plutôt d’une crinière, celle de Loreen, pour qu’un pays passant en position 6 ne gagne. En effet en 2012, les Russes Buranovskie Babuški ont fini à la deuxième place.

Sinon, parmi les meilleurs classements de cette position 6, citons Malte en 2021, 7ème et l’Estonie en 2018, 8ème. Seul gadin de cette position, la France et Alvan & Ahez en 2022, 24ème. Un très mauvais souvenir…

Qu’est-ce qui attend la France ce samedi soir, sur la scène de la Liverpool Arena ? Probablement pas une « Barbara Pravi », 2ème en 2021, peut-être une place entre Amir, 6ème en 2016, et Alma, 12ème en 2017. Classé entre Madame Monsieur, 13ème en 2018 et un Bilal Hassani, 16ème en 2019, serait une déception. Quant à un Bottom 5, on ne veut même pas l’envisager.

Bref, si le cœur nous dit qu’on peut encore gagner, la raison nous fait penser qu’un Top 10 serait finalement un bon résultat. Un certain nombre de pays vont probablement nous devancer dans le classement : Suède, Finlande, Ukraine, Israël, Espagne, Italie. Et au petit jeu de deviner qui sera devant nous, on peut en rajouter deux ou trois autres, voire plus selon les plus pessimistes.

Suède

Qui va l’emporter ? Les bookmakers en sont convaincus, c’est la Suédoise Loreen, dont la cote s’envole et dépasse désormais 50%. Ça semble logique. N’oublions pas que quand nous avons découvert pour la première fois cette prestation, nous avons tous dit « Waouh ! ». Il n’y a pas de raison que le public n’en fasse pas autant. Sinon ce sera le Finlandais Käärijä. Par ailleurs l’Italien est fabuleux. Il pourrait gagner le vote du jury.

Finlande

Les bookmakers voient-ils toujours juste ? Depuis trois ans oui, puisqu’ils ont prédit l’Ukraine en 2022, l’Italie en 2021 et les Pays-Bas en 2019. Cependant, en 2018 ils penchaient pour Chypre (2ème), en 2017 pour la Bulgarie (2ème) et en 2016 pour la Russie (3ème) mais le gagnant n’était pas loin : les lauréats Israël et Portugal pointaient à la 2ème place des parieurs et l’Ukraine à la 3ème place.

Peut-il y avoir des surprises ? Dans le Top 10 sans doute, car j’ai le sentiment que mon plaisir coupable de cette année, le groupe croate Let 3, pourrait faire un bon résultat au télévote, un peu comme la Moldavie ou la Serbie l’an passé.

Que penser de cette finale ? L’ouverture,avec le défilé des candidats, est 100% ukrainienne, un peu sur le mode de celle que nous avons connu à Tel Aviv. On a ainsi le plaisir de revoir Kalush Orchestra (évidemment), Go_A, Jamala, Tina Karol et Verka Serduscha.

Puis on attaque directement sur les 26 candidats, avec pour commencer le duo Autrichien. Le début est laborieux, comme tous les débuts des Eurovisions depuis que la production décide de l’ordre de passage. En général les cinq premiers candidats sont bons pour la boucherie.

Il faut attendre la France pour que ça démarre. Lors de la Jury Show, le public a fait une belle ovation à La Zarra. Ça console. Ensuite avec Chypre, l’Espagne, la Suède, l’Italie et la Finlande en vingt minutes on a un très bon tunnel et le public est en délire. Puis, le soufflé retombe un peu, mais ça reste plaisant avec un filage Australie, Belgique et Arménie plutôt agréable et très applaudis. La Norvège se fait bouffer par Israël, qui passe trois chansons après. La malheureuse Alessandra a en plus chanté faux. C’est ballot pour la jury show. Les Croates positionnés en avant-dernière position terminent cette finale comme il faut, provoquant l’enthousiasme de la salle, le Royaume-Uni pouvant faire office de première pause pipi de la soirée.

Et puis se sont les récaps, interminables, ponctués de pastilles insipides et de deux interval acts : le moment Sam Ryder et un medley de tubes britanniques créés par des artistes natifs de Liverpool et repris par Mahmood, Netta, Daði Freyr, Cornelia Jakobs, Duncan Laurence et Sonia, candidate britannique de l’Eurovision en 1993 (elle a terminé à la 2ème place) et surtout originaire de Liverpool.

Du côté des animatrices, seule Hannah Waddingham, une Anke Engelke à la mode britannique, tire son épingle du jeu. Elle aurait suffi. Même avec le renfort en finale de Graham Norton, le Stéphane Bern local, les interventions des présentateurs sont plates et sans intérêt. Elles font office de bouche trou.

Puis ce sera le moment de la longue cérémonie des votes, où tout peut arriver. Un titre sorti de nulle part peut-il émerger chez les jurys, comme l’Autriche en 2018 ? Réponse ce soir.

Très bonne finale à tous.

Advertisement

Derniers Articles

Vous Aimerez Egalement :

2021

Pas de chance pour Aksel Kankaanranta qui n’est pas systématiquement reconduit pour représenter la Finlande à l’Eurovision 2021 après l’annulation du concours en 2020....

2021

Arilena Ara n’ayant pas été reconduite par la chaîne qui préféra organiser une nouvelle sélection nationale, c’est finalement Anxhela Peristeri qui représentera l’Albanie dans...

2022

Rosa Kostandyan, connue sous le nom de Rosa Linn, a été sélectionnée en interne pour représenter l’Arménie à Turin en mai prochain. De l’extérieur,...