Connect with us

Hi, what are you looking for?

Eurovision Junior

Eurovision Junior : Journée du 16 décembre

Jeudi 16 décembre, à quatre jours de la diffusion, le centre de presse a ouvert. Un centre de presse miniature, bref très junior. Il s’agit d’une grande pièce proche de la scène, l’endroit où a eu lieu la conférence de presse de France Télévisions le mois dernier. Au programme de la journée, la première partie des secondes répétitions individuelles des jeunes artistes en lice pour l’Eurovision Junior 2021, 9 pays aujourd’hui, dans le même ordre que les premières (qui n’est pas l’ordre de passage), mais seulement diffusées sur écran. L’accès de la presse dans la salle pour la première générale de samedi n’est toujours pas confirmé.

Les personnes en charge du centre de presse, le très sympathique Ludovic Hurel en tête, et les volontaires sont aux petits soins. Des tables ont été placées face à des écrans qui vont nous diffuser le programme du jour. Et il y a déjà beaucoup de monde ce matin, plus qu’à Minsk ou à Gliwice. L’effet Paris ?

Commençons par féliciter la production française. La scène est magnifique et le show visuellement superbe et très lumineux. Ce sera un spectacle très plaisant à regarder sur un très grand écran de préférence et en famille. La France a brillamment relevé le défi de cette organisation.

Les cartes postales sont très réussies. Elles nous font voyager aux quatre coins du Paris des lumières avec une troupe de jeunes danseurs qui investissent des lieux mutiques de la capitale française : Folies Bergères, Tour Eiffel, Institut du monde Arabe, le Panthéon, le Sacré Cœur, les châteaux de Versailles et de Chantilly…

Pantalon noir, veste marron et chemise blanche agrémentée d’un nœud papillon, sans oublier sa fameuse casquette, le Portugais Simão Oliveira fut le premier à monter sur scène (alors qu’il passera en dernière position). Sa proposition, on le sait, est à contre-courant de ce qui est généralement proposé au Junior : une chanson lente inspirée du fado avec en fond d’écran un visuel diffusant des images en noir et blanc. Du rétro parfaitement assumé donc, mais qui aura du mal à accrocher le public. Quelques jurés nostalgiques touchés pourraient lui offrir quelques points.

La prestation du jeune Irlandais Maiú Levi Lawlor, pantalon blanc, t-shirt et veste noire, est honnête mais, comme dirait notre camarade Ethan d’eurovision69.com, il ne sait pas bouger, donc il fait de grands gestes en veux-tu en voilà… Visuellement on démarre dans un visuel gris puis petit à petit l’écran se colore. C’est un concept.

La proposition scénique du duo maltais Ike et Kaya reprend en gros celle du clip. Ça démarre avec Kaya assise sur une balançoire fleurie avant qu’Ike ne la rejoigne. Rien à dire, c’est bien fait.

Ambiance jeux d’ombres japonaises (et non chinoises) pour la prestation de la jeune Hollandaise Ayana, clin d’œil aux origines de sa maman. C’est mignon et plutôt joli. Vocalement c’est bien. Bonne pour le service !

Place à l’Allemagne, avec une chanson fraiche et entrainante dans un environnement très coloré où la jeune Pauline Steinmüller, entourée de deux danseuses, est rayonnante. Une belle ouverture pour ce Junior 2021.

L’Italie lui a succédé sur la scène pour une prestation très rock sur laquelle flotte l’esprit de Måneskin. Portant une robe blanche surmontée d’un blouson de cuir, vocalement impeccable, Elisabetta Lizza déroule sans difficulté, accompagnée de quatre danseuses. On n’a pas l’impression d’une chanson pour enfant. Avec la seule chanson rock de cette édition, la jeune Italienne pourrait tirer son épingle du jeu…

Le petit Géorgien a troqué son épouvantable pantalon blanc incrusté de lignes colorées de la première répétition contre un pantalon bleu plus classique et plus passe-partout, qui ressort mieux sur un visuel très coloré pour un numéro disco-funk qui ravira les nostalgiques des années 70. Cerise sur le gâteau, il chante en partie en français. Il est talentueux ce petit gars et visiblement très apprécié.

On se demande si l’Espagnol Levi Díaz n’est pas en train de muer, car tout au long de sa prestation il était vocalement tout en retenue. Pourtant cette prestation dansée, où il évolue avec quatre danseurs virevoltant autour de lui, deux filles et deux garçons, demande de l’énergie et lui semble à plat. Vite un Red Bull pour réveiller Levi !

Le visuel qui accompagne la Polonaise Sara James et ses quatre danseuses habillées comme les enfants de la forêt de « Games of Thrones » ne se décrit pas, il s’admire. On passe d’un arbre millénaire à une vue planétaire en passant par un paysage marin, avec en prime des incrustations d’images magnifiques qui ont mis le centre de Presse dans tous ses états au point d’applaudir avec entrain à la fin de la diffusion. Par ailleurs Sara chante très bien. C’est une pro, on le savait. Bref la Pologne propose sans doute la prestation la plus aboutie de la journée.

On a également assisté à l’ouverture de l’émission qui démarre par un mix french goldies, (J’ai deux amours, Emportée par la foule, …) puis le défilé des participants dans une ambiance musicale de plus en plus électro et très FrenchTouch, puisque c’est le duo Ofenbach qui est aux commandes, avec de sympathiques danseurs habillés en tenues bleues ou blanches ou rouges pour habiller l’ensemble. Au moment de l’arrivée des trois présentateurs devant la scène finie l’électro et place à du symphonique digne de la Ligue des Champions.

Si je devais faire le bilan de cette journée, je dirais que la Pologne et l’Italie ont marqué des points, malgré deux bémols : leur chanson est plus une chanson adulte que Junior et elles passent bien tôt dans le show. Autour de moi on évoque également la Géorgie qui a plu.

On a aperçu quelques artistes venus faire de courtes interviews auprès de la presse. Le petit Maltais Ike semble déjà avoir une forte personnalité, tandis que la Polonaise Sara James est l’adolescente typique des années 2020, plus du tout enfant, pas encore femme, et accro aux réseaux sociaux. Le petit Géorgien Nikoloz semblait bien fatigué quand il est arrivé peu avant 16h et j’imagine qu’il se serait bien passé des interviews qu’il a dû assurer. L’Italienne Elisabetta s’exprimant bien en anglais était plus mature et bien meilleure dans cet exercice.

Rendez-vous demain pour la suite !

Advertisement

Derniers Articles

Vous Aimerez Egalement :

2022

Le groupe Systur représentera l’Islande à l’Eurovision 2022 avec son titre Með hækkandi sól. Un groupe 100 % féminin, composé de trois sœurs : Sigga...

2022

Rosa Kostandyan, connue sous le nom de Rosa Linn, a été sélectionnée en interne pour représenter l’Arménie à Turin en mai prochain. De l’extérieur,...

2021

La chaîne de télévision Ictimai a choisi Samira Efendi pour représenter l’Azerbaïdjan à Rotterdam en 2020, parmi quatre autres candidats, suite au vote d’un...

Copyright © 2022-2023 Eurovision Made in France